Être un photographe professionnel en 2021


S'il y a bien quelque chose que je ne comprends toujours pas, c'est lorsque l'on me demande quel est mon métier, immédiatement on me demande : « Professionnelle?».


Si je parle de mon métier, forcément qu'il s'agit de la forme professionnelle et non amateur. Si l'on me demandait quels seraient mes passions, je dirais la musique, la littérature et oui la photographie… Mais si on me pose la question sur mon métier, alors je ne comprends pas pourquoi je devrais justifier mon travail avec le mot professionnel.


Si l'on pose la même question à un boulanger ou à un pharmacien ou encore à un garagiste, va-t-on lui demander aussi si c'est professionnel ? Non car cela n'a pas de sens. C'est logique qu'il soit professionnel. Pourtant on peut très bien être passionnée aussi par ces activités n'est-ce pas ? Mais ici, il n'y a pas de confusion entre le côté passion et professionnel.


Et tout cela à bien une raison, c'est que dès que l'on exerce un métier passion comme la photographie, la frontière et mince dans les esprits.


Je travaille avec passion, car sans passion il n'y aurait pas d'émotions à partager. C'est dans ces mots que réside la frontière invisible.


Je photographie et je filme des gens, des trucs, des artistes, des professionnels, des amoureux, des animaux, des enfants qui soufflent sur des confettis.


Je suis une photographe et je défends mon métier avec passion.





Posts récents

Voir tout

© 2020 Sandra Léo Esteves - Québec City